Tribu Solidaire

Le blog des solutions pour un monde solidaire

Aider les enfants syriens et vaincre notre sentiment d’impuissance !

Il est difficile, voire insoutenable d’assister à ce qui se passe en Syrie depuis maintenant 3 an 1/2 ! Encore plus lorsqu’il s’agit des enfants… souvent en première ligne et victimes de ce conflit (presque 9 000 enfants tués depuis le début du conflit selon le HCR – source : Libération). C’est donc sans aucune hésitation que je laisse la parole aujourd’hui à Ranwa Stephan, réalisatrice de documentaires, et par ailleurs présidente de l’association française Le Monde Autrement. 

Son projet : développer à Kefrenbel, en zone libre syrienne, des centres pour accueillir les enfants et leur permettre tout simplement de jouer et se développer en sécurité…

« Réalisatrice de documentaire, j’ai eu la chance ces 6 derniers mois de rencontrer Kefrenbel, une ville incroyable du Nord de la Syrie. Cette ville se situe en zone libre (dans les médias, on dirait plutôt rebelle), mais, ce n’est pas ce qui la rend si incroyable. Non, sa particularité, c’est d’être l’irréductible havre de la voix laïque et démocratique à l’origine de la révolution syrienne. Dans cette ville, j’y ai rencontré des gens tout aussi incroyables qu’elle, dont Hassan et Feras, deux jeunes hommes qui se sont donnés comme mission de construire une nouvelle société en commençant par le commencement, c’est à dire les enfants. En voyant leur travail dans leur centre et surtout leur dévouement à toute épreuve, j’ai décidé de collaborer avec eux pour offrir aux enfants de Kefrenbel 4 nouveaux espaces qui leur soient dédiés, dans lesquels ils puissent s’épanouir, se reconstruire et oublier un instant la destruction qui les entoure. Aujourd’hui, nous avons déjà trouvé les locaux pour un nouveau centre. En une semaine, avec le budget nécessaire, nous pouvons l’ouvrir et accueillir 400 nouveaux enfants. L’équipe est formée et opérationnelle. Nous avons lancé un appel au don, sur kisskissbankbank il y a quelques semaines pour récolter l’argent qui manque pour ouvrir le centre. Nous avons déjà réuni 67% de la somme, et il nous reste 13 jours pour réunir le reste. »

KKBB

Voir l’appel aux dons

 

L’origine du projet

Ce projet est né de la rencontre entre Ranwa Stephan, présidente de l’association française Le Monde Autrement, et de Hassan Ahmad et Feras Omar, les dirigeants de Bas El Karameh, basés à Kerfrenbel. La ville de Kefrenbel se situe dans la province d’Idlib au Nord de la Syrie. Aujourd’hui, cette zone est une zone sous contrôle de l’Armée Syrienne Libre. Le régime de Bachar Al Assad a quitté définitivement la ville le 8 août 2012. Kefrenbel compte environ 35.000 habitants. Parmi eux, les enfants de moins de 15 ans représentent environ 30% de la population totale, soit plus de 11.000 enfants. Depuis le départ de l’armée du régime, la ville a subi de nombreux bombardements et les avions de chasse survolent la ville tous les jours, créant avec leur bruit spécifique une situation de tension constante, difficile, à gérer pour les enfants.

Au-delà du traumatisme immédiat du conflit, il y a aussi celui de la dictature qui a conditionné l’intégralité du peuple syrien pendant 40 ans et qui a abouti à une sorte de fracture de l’individu. Aujourd’hui, se reconstruire est un enjeu essentiel pour la société syrienne. Cela passe nécessairement par la reconstruction de l’individu dès l’enfance : développer la liberté de parole, l’interaction et la confiance en l’autre afin de remédier à la déstructuration de la personnalité, héritée de la dictature.

Objectif

Le but est d’ouvrir des espaces dédiés aux enfants qui soient des espaces de sécurité, de jeu et de développement personnel. Il s’agit non seulement de leur proposer des activités ludiques dans un contexte de guerre mais aussi de contribuer à leur construction psychologique. La ville de Kefrenbel se divise en 5 quartiers principaux : Jouni, Gharbiye, Aziziye, Al Wata, Al Ksariah. Notre objectif est d’ouvrir d’ici novembre 2015 un centre dans chacun de ces 5 quartiers. Aujourd’hui, un centre existe déjà dans le quartier d’Al Wata.

fille6

Les axes de travail avec les enfants

La mixité

Kefrenbel est une ville plutôt traditionnelle. Les hommes et les femmes n’interagissent que très peu, particulièrement depuis le début de la guerre. Au début, nous avions ouvert les activités à des groupes mixtes, mélangeant les garçons et les filles. Mais, très vite, nous nous sommes aperçus que ce choix n’était pas judicieux car certains parents interdisaient à leurs enfants de bénéficier de ces activités. Aujourd’hui, nous avons mis en place une nouvelle stratégie : les groupes d’enfants ne sont plus mixtes lors des activités régulières du centre mais en revanche, l’équipe d’animateurs l’est ce qui permet d’enseigner aux enfants la mixité au travers de ces adultes. A nos yeux, ce sont des références importantes pour les enfants. Nous développons également des activités exceptionnelles où là, la mixité est progressivement insufflée. Cela permet aux enfants d’apprendre petit à petit à interagir avec le sexe opposé. Ainsi, les relations inter-genre peuvent se normaliser à un rythme admissible par l’entourage.

mixite5

Soutien psychologique et construction de l’individu

Grâce à notre coopération avec l’ONG hollandaise War Child, nous avons été formé à la méthode de travail « I deal » (en français, « Je gère » ). L’objectif de cette méthode est de développer chez l’enfant, grâce aux jeux et travail de groupe, la résilience et la capacité à surmonter ses difficultés afin de mieux « gérer » sa vie quotidienne. La méthode se décline en 6 modules, chacun centré sur un thème.

Identité et affirmation de soi : Qui suis-je ? Quelles sont mes difficultés ? Qu’est-ce que je souhaite dépasser ? L’idée est de pousser l’enfant à avoir une claire conscience de lui-même, à développer sa capacité d’introspection et sa capacité à trouver des solutions.

Gestion des émotions : Comment identifier ses émotions et comprendre pourquoi elles apparaissent ? Avoir conscience de ses émotions est pour l’enfant une étape essentielle pour pouvoir les contrôler et identifier ce qui lui fait du bien ou du mal.

Relations avec ses pairs : Quelles sont les relations que nous entretenons avec notre entourage ? Comment gérer les situations de conflits ? Comment s’aider entre amis ? Avec ce module, l’enfant apprend à comprendre sa relation aux autres et à désamorcer de façon pacifique un conflit.

Relations aux adultes : Qui sont les adultes autour de moi qui m’aident à me construire ou à l’inverse n’arrivent pas à me comprendre ? La relation d’un enfant aux adultes est centrale à son développement. Il y puise ses références, des encouragements et de la protection. Mais, il arrive que ces relations soient aussi problématiques. Dans ce module, l’enfant apprend à identifier des situations qui lui sont difficiles et à les comprendre.

Conflit et paix : Quels sont les conflits que je rencontre dans mon quotidien ? Comment identifier un conflit intérieur entre des émotions contradictoires ? Comment mesurer l’importance ou l’échelle d’un conflit avec quelqu’un d’autre ? Dans la vie, les conflits sont fréquents, entre les gens ou même à l’intérieur de soi-même. Et si on les confronte de façon constructive, ils peuvent se révéler force de changement, force d’évolution.

L’avenir : Vers où va ma vie ? Comment vais-je mettre à profit ce que j’ai appris ? Que vais-je faire si je reprends mes mauvaises habitudes ? Quels sont mes rêves ? Autant de questions à travers lesquelles l’enfant apprend à se projeter dans l’avenir. Ce module vise aussi à montrer à l’enfant que l’avenir n’est pas forcément lointain, et qu’il peut être relativement proche.

En espérant que cette histoire vous aura donné envie de soutenir l’action de Ranwa ! C’est ici que cela se passe : Kisskissbankbank et il ne reste plus que 13 jours !

Tags:

About

View all posts by