Tribu Solidaire

Le blog des solutions pour un monde solidaire

L’éducation au développement et le web, Interview de Jérôme Martin, auteur du blog « Solidaires du Monde »

Cette semaine dans notre rubrique « L’actu de la Tribu », l’interview de Jerôme Martin, auteur du blog « Solidaires du Monde »

Parles-nous un peu de toi… Qui es-tu et que fais-tu dans la vie ?

Je suis animateur et responsable de la formation pour l’association Lafi Bala. C’est une association d’éducation au développement durable et à la citoyenneté internationale. Je suis également blogueur depuis trois ans. Mon parcours universitaire s’articule autour du DUT Carrières Sociales de Tours (37) en animation socioculturelle et d’une licence professionnelle en coordination et gestion de projet de solidarité internationale de Bordeaux. J’aime dire que je suis à un moment de ma vie où j’ai consacré la moitié de mon existence à travailler et animer des jeunes. C’est essentiel pour moi, j’y puisse de l’énergie et de l’inspiration. Rechercher à être en contact avec notre jeunesse c’est aussi  une source perpétuelle de remise en cause…

Pour toi la solidarité qu’est-ce que c’est ?

Il faut distinguer générosité et solidarité. La générosité est une réponse partielle et ponctuelle aux conséquences d’inégalités ou d’injustices, c’est un peu comme une béquille pour continuer dans la même direction… une réponse qui fera perdurer une société qui ne fonctionne pas bien. Elle est souvent nécessaire mais pas suffisante.
La solidarité est un outil de changement qui ne se limite pas à agir sur les conséquences mais sur les causes des inégalités. Cette solidarité, il ne faut pas la limiter aux bonnes intentions..c’est un mouvement pour le changement social ici et ailleurs, par et pour les citoyens.
La solidarité internationale ne s’oppose pas à une solidarité de proximité ou nationale. La solidarité internationale c’est comprendre un monde complexe et interdépendant. C’est s’engager dans des forme de partenariats internationaux fondés sur les valeurs de dignité et d’égalité entre partenaires. C’est promouvoir la capacité  d’initiatives de la société civile du « Sud » pour dépasser la dimension crise ou catastrophe. C’est faire avec l’autre ailleurs mais également agir ici en remettant en cause nos propres choix de société ou de consommation qui génèrent de l’exclusion et des injustices ici comme ailleurs dans le monde.

Peux tu nous parler de ton blog « Solidaires du monde » ? Pourquoi écrire un blog ? Quelle place ce temps d’écriture prend-t-il dans ton action ? 

J’ai commencé à écrire sur mon blog pour partager ma pratique d’animateur et rester en lien avec les participants de mes formations. C’est une boîte de dialogue continue et un outil pour créer des contenus sur ma pratique et celles des autres.
Cette activité est aujourd’hui pour moi un outil inhérent à ma pratique d’animateur. En écrivant sur sa pratique professionnelle ou expérience collective et associative, on se fait évoluer et on rend cette expérience « chaude » partageable.

solidaires_du_monde

Que signifie pour toi « Education au développement » ?

Ce n’est pas dresser à des comportements. Je défend une éducation au choix, une éducation émancipatrice orientée vers le changement et pas vers un contrôle social. Le terme de développement est très critiquable. C’est un terme qui a soixante ans. Il a évolué. On parle aujourd’hui de développement durable, solidaire…Pour moi c’est transmettre une capacité critique envers cette notion et comprendre en quoi la lutte contre la pauvreté, la réalisation des droits fondamentaux et la satisfaction de besoins essentiels de chacun ici comme ailleurs contribuent à une paix durable.

Pour toi la Tribu c’est quoi ?

C’est tout d’abord un nouvel outil de financement participatif comme il s’en développe depuis quelques années. Nous voici tous producteurs d’initiatives musicales, culturelles, et même journalistiques! Ce sont de nouveaux modèles qui se cherchent, fondés sur le web et l’idée que nous sommes toutes et tous au centre d’un réseau social. La Tribu est intéressante car elle fait le pari de mettre ce nouvel outil au service de projets associatifs et d’actions collectives.

C’est pour moi une nouvelle forme de financement mais cela ne signifie pas automatiquement qu’elle va créer des moyens financiers supplémentaires et à disposition des associations … En revanche, je pense, qu’il y aura un glissement des pratiques « classiques » des donateurs et une évolution rapide des pratiques de montage et de financement de projet pour les porteurs…c’est précisément là où la Tribu peut accompagner les associations.

Ce financement participatif impactera la manière dont les  porteurs de projet penseront la recherche de financement, par conséquent il y aura de nouvelles relations avec ce que l’on appelle aujourd’hui les généreux les donateurs, c’est une opportunité pour sortir d’une logique de guichet en inventant des contreparties…

Je pense que l’enjeu pour la Tribu est cette relation, ce réseau à animer, c’est là où la Tribu Solidaire peut se distinguer des autres plate-formes. Etre un réseau, avant d’être un outil de financement. La Tribu réalise aussi depuis quelques temps un travail de veille très intéressant sur la vie associative. Je suis devenu un lecteur assidu de la newsletter et je la recommande autour de moi.

Pour toi, comment les associations peuvent utiliser le web 2.0 ?

Le web 2.0 offre la possibilité à chacun d’être éditeur de contenus sur internet. C’est une opportunité dont les associations doivent se saisir réellement. C’est lent, c’est long car il y a un tas de représentations qui freinent leur utilisation optimale. Le web 2.0 remet à plat les stratégies de communication. L’audience n’est plus fonction du volume du contenu que tu édites mais de ta capacité à te faire identifier par d’autres éditeurs de contenus que tes propres contenus peuvent intéresser… C’est en quelque sorte  s’inviter chez les autres, au bon endroit et au bon moment pour les motiver à leur tour à te rendre visite..

Merci Jérôme !

Tags:

About

View all posts by