Tribu Solidaire

Le blog des solutions pour un monde solidaire

Et si pour exploiter le formidable potentiel des réseaux sociaux, il fallait être riche et connu…

Les réseaux sociaux que l’on connaît, Facebook et Twitter en tête, sont aujourd’hui utilisés par un nombre colossal de personnes. En France, en février 2011, les dernières statistiques de Facebook parlent de 20,54 millions d’utilisateurs (+1,6 million en 6 mois), soit 31,8 % de la population et 46% des internautes (source : statistiques Facebook)

Et ils sont déjà investis par un nombre significatif d’associations si l’on en croit une présentation récente de l’Agence Limite (slide 54, je comprends personnellement que “64% des associations sont sur Facebook”… ce qui me paraît énorme ! J’aimerais bien savoir d’où viennent les chiffres), certaines parfois avec succès. En effet, si l’on regarde la page du Telethon (86 378 fans au 16 novembre) ou d’Action contre la faim (99 337 fans à la même date), il est clair que c’est un outil puissant : il permet de mettre en place une vraie communication interpersonnelle avec un public qui devient le relais de l’action de l’association, notamment en direction de ses propres réseaux, amicaux ou professionnels. Et bien sûr il permet aussi aux fans de donner, et inciter à donner.

Et si pour exploiter le formidable potentiel des réseaux sociaux, il fallait être riche et connu ?!

Néanmoins, ces grandes associations, AFM (pour le Téléthon) ou Action contre la faim, ont un avantage incontestable dans la jungle facebookienne : elles étaient connues du grand public bien en amont de leur présence sur les réseaux sociaux et elles ont les moyens humains, car financiers, pour animer leur réseau. 

Maintenant, faites un test : tapez “association” dans le moteur de recherche de Facebook… et là je vous mets au défi de trouver une association française dans les 30 premières lignes ! Il faut donc être chevronné pour trouver une association… à moins de la connaître avant de la trouver 🙂

Heureusement, Facebook a pensé à tout et développé sa plateforme Causes où sont présentées les associations (surtout américaines d’ailleurs) et qui garde le contact avec ses membres via Facebook. Mais, même remarque… il y a juste 500 000 causes sur la plateforme, sans aucune aide pour trouver celle qui vous tiendrait à coeur alors que vous ce qui vous plaît c’est la réhabilitation des villages du moyen-âge !!

Bref, le potentiel de l’outil est là. Mais pas pour tous. Et ces réseaux qui au départ semblent permettre de démocratiser l’accès des associations au grand public ne font que renforcer les inégalités…

Tags:

About

View all posts by