Tribu Solidaire

Le blog des solutions pour un monde solidaire

Plaidoyer pour une reconnaissance institutionnelle des innovations sociales de santé

Invitée de France Inter aujourd’hui, et à la veille de la présentation du budget de la Sécu à l’Assemblée Nationale, Marisol TOURAINE – Ministre de la Santé – a annoncé que le déficit du régime général sera plus important cette année que l’année dernière…

Et si une des solutions venait d’une prise en charge plus globale, transversale de notre santé, au lieu de se contenter de prévenir par des politiques de santé publique, puis de traiter de manière médicamenteuse les pathologies ?! Une prise en charge qui ne serait pas centrée uniquement sur l’individu et sa pathologie mais prendrait en compte la situation de sa famille, les conséquences sur son emploi, un accompagnement social du malade, etc… et qui permettrait de réduire à la fois la probabilité de la pathologie, sa durée et son coût pour la collectivité. C’est l’idée qui est au cœur d’un grand nombre d’innovations sociales de santé qui ont émergé ces dernières années comme en témoigne la promotion du concours IMPACT Santé organisé par ASHOKA en 2014.

Des solutions efficaces et donc potentiellement sources d’économies

Prenons un exemple, exemple qui a beaucoup été sous les feux des projecteurs eu égard à son impact et au fait que c’est presque un cas d’école de ce que l’innovation sociale peut faire dans le domaine de la santé ! L’exemple de Siel Bleu, association de promotion de l’éducation physique auprès des personnes âgées comme moyen de prévention des accidents liés à la vieillesse : fracture du col du fémur en première ligne… Une fracture du col du fémur coûte en moyenne à la société entre 60 et 70 000€ si on tient compte de la perte d’autonomie qui s’ensuit le plus souvent selon des estimations de professionnels auxquels j’ai eu accès. Or, une activité physique régulière et adaptée permet de réduire le risque de survenu de la fracture en augmentant la densité minérale osseuse (voir synthèse de nombreux travaux de recherche menée par l’INSERM p. 49). – 20% est le chiffre qui ressort de l’étude commandée par ASHOKA, qui accompagne Siel Bleu, auprès du cabinet d’audit Mc Kinsey. Soit entre 12 et 14 000€ d’économies pour la collectivité. Pour une solution dont le coût est largement moindre !

logssb

Le potentiel en généralisant les activités de Siel Bleu à l’ensemble des Français est important : en s’intéressant uniquement à deux pathologies – les chutes et le diabète de type II – McKinsey arrive à une économie de 15 milliards d’euros sur 3 ans. Difficile d’évaluer, à ce stade, quel pourrait être l’impact d’une prise en charge plus globale de la maladie grâce aux innovations sociales de santé… mais reconnaissons que le projet mérite d’être mis sur la table !

Des solutions en manque de reconnaissance… et de financement !

Si les médecins « prescrivent » de plus en plus le recours à Siel bleu plutôt que des médicaments aux personnes âgées (actuellement 50 000 personnes concernées), il n’en reste pas moins que le coût résiduel pour le patient de ce type de traitement est encore trop élevé. Plus élevé qu’un traitement médicamenteux et hospitalier traditionnel, qui est – lui – pris en charge quasiment intégralement par la Sécurité Sociale. Et c’est là que le bât blesse ! Car des associations comme Siel Bleu peinent à joindre les deux bouts et doivent solliciter des dons pour boucler leur modèle économique… alors qu’elles sont potentiellement économiquement viables si l’Etat accepte de rembourser leurs prestations.

Accréditer les innovations sociales de santé comme on accrédite les nouveaux médicaments

Il apparaît alors urgent de développer une méthodologie reconnue et partagée d’évaluation de l’impact des innovations sociales de santé. Beaucoup de travaux aujourd’hui vont en ce sens, même s’ils manquent encore d’unité. Et il est tout aussi urgent de sortir de la simple évaluation académique pour mettre en place un processus d’accréditation, comme c’est le cas aujourd’hui pour les médicaments, pour autoriser la mise sur le marché et le remboursement des prestations portées par ces innovateurs sociaux.

Réunir autour de la table l’Etat, la Sécurité Sociale, les mutuelles, les assurances et même les laboratoires pharmaceutiques, sans qui le virage ne pourra être pris, pour négocier le changement de paradigme qui redonnera vie à notre contrat de solidarité ! Voilà l’enjeu majeur de la réforme de la Sécurité Sociale…

Tags:

About

View all posts by